Regarde la mer

La Mob à Titi !

1 Avril 2015, 09:00am

Publié par Pascal

Aussi incroyable que cela puisse sembler, immergée dans l'eau claire d'un étang du Morbihan, se cache une Mobylette à l'histoire étonnante que peu connaissent. Lisez plutôt :

Au début des années 80, un célèbre jeune chansonnier-rocker-titi-parisien (oui, celui au foulard rouge autour du cou, himself !) venait de donner un concert à Lorient. En rentrant à son hôtel, au guidon de sa Mob préférée, il se perdit en chemin. La dynamo de l'engin donnant des signes de fatigue, la luminosité de son phare allait à vau-l'eau. Perdu dans la sombritude et les ribines de la campagne morbihannaise (comme le serait un plongeur épave à fond de cale avec une lampe vidée de sa batterie !), le pauvre chanteur s'en alla tout droit finir sa course dans un étang à l'eau glacée. Il allait se noyer quand il fut sauvé de justesse par son pote Manu (déconne pas Manu !) qui l'attrapa par le colbac du Perfecto (celui là même dans lequel quelques années plus tard il plantera des clous un à un pour inscrire le prénom de sa fille)...

Quand à la Mob', elle s'enfonça pour toujours dans l'eau cristalline (sans pub pour une célèbre eau en bouteille bretonne) de l'étang où elle repose encore aujourd'hui. Nous ne sommes que quelques chanceux à connaitre cette histoire incroyable et à l'avoir plongée... et l'emplacement de cette pièce de collection demeure un secret... sauf pour les plongeurs de Bretagne sud et de Loire Atlantique.

Poisson d'avril, tintintin !

Voir les commentaires

TMDC Montoir, Northern Debonair et Lisa au pays des conteneurs

17 Février 2015, 20:25pm

Publié par Pascal Collin

Mercredi 12 février 2015

Matin froid sur les quais du Terminal de Marchandises Diverses et Conteneurs de Montoir de Bretagne, plus communément appelé "TMDC" ou encore "Terminal Conteneurs". Le soleil qui apparait et qui ce matin a rendez-vous avec la Lune commence tout juste à faire passer la température au-dessus de zéro.

Mais le froid n'arrête pas le terminal. Deux porte-conteneurs sont à quai, Le Lisa et le le Northern Debonair. Ce dernier affiche 231 mètres de long et 32 mètres de large. Il peut transporter des centaines de ces longues boites d'acier qui sont un des grands symboles de notre monde de consommation désormais mondialisée.

Attention et gilet jaune de rigueur sur le site, les mouvements de portiques et déplacements d'engins rythment le lieu. Les portiques s'activent pour décharger les conteneurs qui sont déposés sur des remorques tractées puis, les Reach Stackers, de gros engins de manutention, s'en saisissent pour aller les ranger. On peine à imaginer la logistique et la gestion qui se cachent derrière ce ballet !

Merci à la société Terminal Grand Ouest (TGO) pour l'autorisation d'accès au site.

Plus de photos dans l'album

Voir les commentaires

Reloaded ! Marne, sous le nuage vert

7 Février 2015, 19:00pm

Publié par Pascal Collin

Samedi 31 août 2013

Il est des épaves qu'on a la (trop bonne) habitude de visiter en eau claire. Celle du Marne est, en ce qui me concerne, une de ces épaves que je visite à chaque fois avec une visibilité de plus de 20 mètres... que je visitais, dirais-je maintenant ! Ce beau samedi de fin août, par une météo ensoleillée et après des jours de mer calme, le lâché de grappin s'enfonçant dans un bleu translucide présageait d'une continuité de la série bleutée du Marne. Pourtant, une fois le matériel sur le dos et quelques mètres plus bas, un "beau" nuage de particules nous attendait pour nous servir de guide !

De la poupe à la proue, croisant et recroisant ce facétieux nuage plus ou moins compacte suivant les moments, nous avons exploré cette épave chargée d'histoire. Car le Marne, comme beaucoup d'autres ferrailles du secteur de l’estuaire de Saint-Nazaire est une des nombreuses pages de la première guerre mondiale.

Le cargo, long de plus de 110 mètres, fut victime d'une torpille de l'UC-61 le 28 juin 1917 vers 23h. De nuit, dans une mer formée et au milieu des tôles déchiquetées par l'explosion de la torpille allemande, l'évacuation du navire en perdition se transformait en désastre. Les chaloupes se retournèrent les unes après les autres projetant les marins à la mer. 10 d'entre-eux perdirent la vie dans le naufrage.

Reposant maintenant par 25 à 30 mètres de fond, les restes du Marne s'écroulent d'année en année mais continuent de proposer aux visiteurs une très belle plongée.









Marne T6798
Marne T6784

Plus de photos dans l'album
0632C

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>
me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');