Regarde la mer

S-N1, bien plus qu'une bouée...

20 Juillet 2010, 07:53am

Publié par Pascal Collin

Première bouée du chenal de Saint-Nazaire, elle représente pour les navigateurs au long cours l'approche de l'estuaire de la Loire. Pour les plongeurs, elle symbolise toute autre chose... "S-N1", ce simple nom est synonyme de sorties loin des côtes, de plongées profondes, d'eau souvent claire et d'épaves mystérieuses. Une simple bouée promesse d'une journée d'aventure au goût de néoprène salé. Nombreux sont les plongeurs, parmis ceux qui en connaissent l'existence, à la désirer, à souhaiter l'admirer et, surtout, à vouloir s'immerger dans ses parages.

Car l'attirance des adeptes de l'air comprimé pour S-N1 n'est pas vraiment due à la bouée elle-même qui affiche pourtant une belle livrée rouge et blanche. Non, la raison principale qui vaut le long voyage jusqu'ici se cache bien sûr sous la surface de l'eau. Ce ne sont pas moins de 5 épaves qui gisent aux abords de S-N1. Comme beaucoup d'autres "ferrailles" qui reposent entre Saint-Nazaire et La Rochelle elles sont les témoins de la guerre sous-marine que livra l'Allemagne aux Alliés lors du 1er conflit mondial. La proximité de ces épaves entre elles a fait un temps naviguer la légende d'un convoi. Puis des noms de navires, tous coulés en 1917 mais séparément, sont sortis des archives, permettant d'élucider une partie du mystère.

Mais faute de pouvoir être identifiées individuellement, les épaves de S-N1 continuent d'être nommées du simple acronyme de la bouée, suffixé par une lettre. Et il en sera ainsi jusqu'à la découverte d'éléments permettant de leur rendre à chacune leur propre histoire. En attendant, si la légende du convoi a été oubliée, les épaves, elles, sont liées les unes aux autres par un même maillon... La bouée S-N1.


0520

Voir les commentaires

Driskos, après la plongée je remonte le temps

14 Juillet 2010, 22:08pm

Publié par Pascal Collin

Dimanche 11 juillet 2010... et quelques jours plus tard.

Croiser un morceau de poterie ou de vaisselle sur une épave connue et plongée est chose peu commune. Que ce morceau porte une inscription ou une gravure est encore plus rare. A 25 mètres, en approchant du Driskos, André et moi avons eu cette chance. Un morceau de poterie avec une inscription en relief est venu donner une petite dimension supplémentaire à une plongée qui s'est avérée particulièrement sympathique.

De retour à la maison, tandis que le matériel séchait encore, je me suis collé à internet et, à partir de l'inscription "Slack", j'ai (longuement et patiemment) cherché d'où pouvait provenir ce petit morceau.

Voici ce que j'ai découvert* :

À une époque où l'eau potable était moins commune qu'aujourd'hui, les petits équipements de purification autonomes étaient très répandus, en particulier dans les régions les moins développées. Slack & Brownlow Ltd, basée à Manchester a commencé à fabriquer des filtres à eau dès le milieu du 19ème siècle. Basant son marketing sur "une mesure de sauvegarde contre le choléra, la typhoïde et les maladies dues à l'eau stagnante", la société en a vendu des milliers d'exemplaires jusqu'au début du 20ème siècle.

Le principe était simple. Le couvercle était retiré et l'eau à traiter était versée dans le récipient supérieur. Lentement, par gravité, elle traversait un filtre à charbon compressé et finissait sa course dans la chambre inférieure. Là, l'eau "pure" était récupérée grâce au robinet situé en partie basse. Des filtres à eau fonctionnant sur le même principe sont encore disponibles aujourd'hui. Certains d'entre eux sont fabriqués par la société Doulton, ayant absorbé la division "Filtres à eau" de Portals Water Treatment qui avait elle-même racheté... Slack & Brownlow !

Le matin du 29 juin 1917, à l'instar du cargo grec sur lequel il était embarqué, le fameux filtre fut victime d'un U-Boot de la Kriegsmarine. Sans doute brisé durant l'attaque il accompagna le vapeur vers le fond de sable et de roches 25/30 mètres plus bas. Alphonse De Lamartine questionnait "Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?". Si la réponse est oui, celle de notre filtre à eau regarde maintenant passer les homards, tacauds et autres congres. Et le bleu de ces derniers lui rappelle certainement celui du pavillon grec que le Driskos battait fièrement en tête de mat !

Pour résumer : Un filtre à eau fabriqué à Manchester, embarqué sur un cargo sorti en 1891 d'un chantier naval, anglais lui aussi; navire battant pavillon grec, coulé dans les eaux françaises par un sous-marin allemand. Que voici une destinée toute européenne et particulièrement singulière pour un objet qui à son époque était des plus ordinaires...

* : D'après diverses sources de l'autre coté du "Channel"
.


0159water filter Slack Brownlow0158water filter Slack Brownlow2
Le filtre présent à bord du Driskos n'était pas exactement un des modèles en photo ci-dessus. Pour celui du haut, l'espace entre l'arrondi du bord en relief et le S de "Slack" est plus long. Sur celui du bas, le bord en relief a des petites frises que n'a pas celui du Driskos. Il y a aussi une différence de relief de l'inscription. Néanmoins, il devait s'agir d'un filtre fort ressemblant.

Voir les commentaires

Driskos, évadé du ressac et de la particule

13 Juillet 2010, 18:48pm

Publié par Pascal Collin

Dimanche 11 juillet 2010

Huit jours plus tôt, en compagnie de Didier, DP en chef du CSCJ, je m'étais heurté à la particule. Celle-ci, particulièrement dense, nous avait caché le chemin de l'épave du Driskos, nous en dévoilant seulement un morceau d'une cinquantaine de centimètres de long sur cinq de large. Un ressac bien marqué même à 28 mètres avait aussi été de la partie.

Ce dimanche, au départ de l'Herbaudière, c'est avec la troupe d'ami Plongépavienne, et plus largement de L'ASEB, ainsi que d'Alain Foulonneau, écrivain à ses heures, que j'embarque sur un semi-rigide. Nous allons à l'Ouest, au large de Noirmoutier. Le Driskos, cargo grec coulé au canon par l'UC-61 le 29 juin 1917, nous attend à 25 / 30 mètres de profondeur.

Bascule arrière, suivi d'André, je plonge vers le Driskos. Deuxième tentative ! Je sais mon ami de palanquée véloce à la descente, je ne me prive donc pas de donner de grands coups de palmes pour aller rejoindre la ferraille. La visi est plus que correcte, en une semaine le vieux vapeur grec s'est évadé du ressac et de la particule... ou l'inverse ! Vision presque incroyable, juste en dessous ne notre mouillage, je reconnais LE morceau de ferraille, croisé la semaine dernière, toujours posé près d'une petite cuvette dans la roche. Je le saisis et le montre à André qui comprend de quoi il s'agit.

Nous parcourons 5 ou 6 mètres et le morceau suivant est nettement plus conséquent. Encore quelques coups de palmes et nous distinguons une chaudière, bingo ! De belles ouvertures nous laissent voir les tubes à fumée. De longues queues bleues serpentent entre eux. La deuxième chaudière est posée bien droite elle aussi.  A leurs pieds, des pièces en bronze reflètent les faisceaux des lampes. Leurs foyers sont eux aussi habités par des congres. La machine, de belle taille, gît couchée près des 2 chaudières.

Nous continuons à progresser, la ligne d'arbre nous invite à la suivre. En partie recouverte de son tunnel, je sais où elle va nous conduire et justement, nous y arrivons : L'imposante hélice encore enfermée dans sa cage. Le gouvernail, lui a disparu. Nous y croisons la palanquée de Ben, Manu et Alain. Le secteur est jonché de gros débris. Je déniche un beau homard. Celui-ci, curieux s'avance vers moi. Un peu plus loin, c'est une grosse ancre à jas qui attire notre regard.

Nous rebroussons chemin et passons au-dessous de l'arbre où un ban de tacauds à élu domicile. L'hélice de secours, un gros treuil, puis nous nous allongeons sous un bout de bordé où une galathée et un dormeur nous dévisagent. Petite concertation d'ordinateurs et de manos... je mets les bras en croix, André les pouces en l'air puis il sort son parachute... C'était une des plus belles de cette première moitié de saison !

01510158Inspection de chaudière !
01750178018001880191019402000198André, plongeur heureux0201021402180224023102370244Plus de photos dans l'album
4712C
Driskos

Voir les commentaires

me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');