Regarde la mer

Pietro Orseolo, sombre ambiance et sacrée gueule sur le speerbrecher

21 Juillet 2012, 10:35am

Publié par Pascal Collin

Dimanche 15 juillet 2012

Le Pietro Orseolo était un énorme cargo italien de 140 mètres de long transformé en forceur de blocus. Le 18 décembre 1943 alors qu'il est au mouillage en baie de Concarneau il est victime d'une attaque aérienne alliée. Après un combat acharné, les appareils de la RAF s'en vont, laissant le Pietro Orseolo en proie à un violent incendie. Alors qu'il menace de sombrer, les secours s'organisent afin de le remorquer jusqu'à Lorient. Malheureusement, les blessures du Pietro Orseolo sont trop profondes et celui-ci n'arrivera jamais à destination. Alors qu'il passe les Glénan, sa coque se brise et il sombre en quelques minutes emportant avec lui toute sa cargaison. Cette dernière sera en grande partie récupérée lors de ferraillages d'après guerre.

Devenu depuis la plus grande épave du Finistère Sud, le Pietro n'offre pas souvent à ses visiteurs une ambiance des plus lumineuse. Posé à 30 mètres sur un fond de vase, la moindre houle a vite fait de soulever cette dernière et d'assombrir le site. Même dans ces conditions, l'exploration est néanmoins loin d'être dénuée de charme. Habitée par la belle faune bretonne, l'épave est à la mesure de ce qu'était le navire : énorme.

Bien sûr, les superstructures ont souffert des 70 années de tempêtes bretonnes mais de gros morceaux trônent encore, atteignant parfois plusieurs mètres de haut. C'est le cas de la machine, où une soupape de 2 mètres est plantée tout près de ce qui ressemble à un morceau de culasse surplombant la zone. Une colonnade d'IPN montre le chemin vers la zone avant, atteinte après de (très) nombreux coups de palmes. Là, les as de la navigation en eau trouble et les habitués du site auront la chance d'apercevoir les deux épaves de blindés qui ont suivit le Pietro vers sa dernière demeure. Des restes de blindés, voilà une des nombreuses bonnes raisons de s'immerger dans cette ambiance parfois oppressante. Les amoureux des jolis minois pourront, eux, être ravis par la rencontre d'une baudroie à la mignonne barbichette et au sourire amical.

La poupe remonte de plusieurs mètres du fond, heureusement car la houle soulève franchement la vase. Sur le fond, la visibilité chute à 2 mètres à peine. Sur les hauteurs du Pietro, les rayons du soleil parviennent  à éclairer la tôle et la particule épargne le plongeur.

Comme si de rien était, les tacauds virevoltent dans la structure joliment colonisée et regardent passer ces étranges visiteurs venus d'un autre monde. Le Sperrbrecher offre une fois de plus deux ambiances différentes.

L'épave visitée en 2 plongées, il faut envisager le retour vers la surface souvent ensoleillée de l'archipel et, pourquoi pas, débarquer sur l'île Saint-Nicolas prendre un verre. Rappelons que si le Pietro Orseolo se découvre rarement en eau claire, il repose au fond d'un des endroits les plus magnifiques : Les Glénan !

Merci à L'ASEB de m'avoir fait une place sur L'Emwell.

Plus d'info sur le Pietro Orseolo sur Plongepave


T1533
T1534
T1549
T1552
T1553
T1566
T1576
T1579
T1585


T1613
T1611
T1633
T1635
T1639
T1641

Plus de photo dans l'album
T1549

 

Voir les commentaires

Peter Sif, balade sur la montagne d'acier

16 Juillet 2012, 20:19pm

Publié par Pascal Collin

Dimanche 17 juin 2012

Après plusieurs jours à 7 beaufort, le vent s'apaise enfin un peu sur la face ouest de l'île sauvage, permettant une descente sur le Peter Sif. Houle en surface et poulouds au fond mais grand plaisir de retrouver cette montagne d'acier. Comme tous ceux qui ont déjà plongé le porte-conteneurs nous savons qu'une plongée ne suffit pas pour en faire le tour.

Couché sur son flanc bâbord sur un fond de 55 mètres, l'épave remonte de 16 mètres et permet ainsi d'économiser un peu les paliers. Le terrain de jeu est néanmoins sournois et l'acier invite souvent à descendre un peu plus profond. Portiques, mâts, grues, treuils, panneaux de cales, château, cheminée avec son logo, etc... il faudrait 10,12 voire 15 plongées pour faire le tour du Peter Sif en examinant un minimum les détails !

Avec Freddy, mon binôme, nous avons préparé notre plongée et notre objectif se trouve à l'arrière, côté bordé de fond : la tuyère Kort. Après avoir traversé la moitié de l'épave en slalomant entre les apparaux, contourné le château, passé la plage arrière et longé le tableau arrière nous lui faisons face. Celle-ci ne nous décevra pas. Imprimant semble-t-il un bâbord toute aux 100m du Peter Sif et laissant admirer son hélice, elle est magnifiquement colonisée. Spirographes, clavelines, éponges, oeufs de calamars, elle est à elle seule un joyau pour les fans d'épaves comme pour les plongeurs bio.

Mais il ne faut pas s'éterniser... retour côté pont, un aller/retour sur un mât qui se perd dans la brume sous-marine et une dernière vision de la montagne d'acier car les 20 minutes de plongée sont atteintes. Dernière séance de palier en eau verte, cette fois. Au dessus le vent souffle, la pluie tombe et la mer est maintenant mauvaise. Nous rentrons au port avec une certitude : nous reviendrons !!!

Merci à Paul Marec de nous avoir conduits sur ces magnifiques sites et d'avoir assuré notre sécurité. Sans oublier Didier, notre organisateur en chef !

T1374
T1376
T1378
T1379
T1380
T1381
T1385
T1387
T1390
T1395
T1397
T1407
T1411R
T1420
T1421

Plus de photos dans l'album
T1390

Voir les commentaires

Gorle Vihan, le tombant aux couleurs

10 Juillet 2012, 20:24pm

Publié par Pascal Collin

Dimanche 17 juin 2012

Descendez le long du tombant de Gorle Vihan. Là, les couleurs de l'Iroise sous-marine vous attendent pour vous en mettre plein les yeux. Gorgones blanches, corail jaune, alcyons, corynactys, spyrographes, coquettes, etc... au fur et à mesure de la progression sur le tombant et à ses pieds, le regard du visiteur a le choix des merveilles. Au palier au dessus de la forêt de laminaire, le spectacle continue avec la danse de la flore et le va-et-vient des poissons qui s'y cachent. Une belle facon de terminer une plongée des plus MAGNIFIQUE !

T1314
T1318
T1325
T1339
T1342
T1344
T1348
T1359
T1360
T1361
T1363

L'album des tombants de Ouessant
T1258

Voir les commentaires

1 2 > >>
me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');