Regarde la mer

La Loire au gré des vents

29 Juillet 2013, 13:50pm

Publié par Pascal Collin

Envolez-vous au petit matin. Après avoir assisté, voire participé au gonflage du gros ballon, prenez place dans le panier en osier. A la douce chaleur du brûleur qui rythmera la visite, l'ascension commence en même temps que le soleil se lève. Ici, pas de destination précise, juste se laisser guider par les vents dominants, c'est ce qui fait tout le charme de ce magnifique moyen de locomotion.

En "rase prairie" ou plus haut que les oiseaux, profitez du superbe panorama offert par le grand fleuve, ses vertes prairie et les constructions humaines datant d'une époque où la beauté était de mise. Oui, ouvrez grand vos yeux mais aussi vos oreilles. Vous l'entendez, le silence ? Les quelques bruits venus du sol troublent en effet à peine l'ambiance reposante qui prévaut ici, à plusieurs centaines de mètres au dessus du sol.

Au terme d'une bonne heure dans un autre monde, le contact radio avec la terre est de nouveau établi et le posé approche. Toujours au gré du vent, la montgolfière glisse dans la vallée, rase les arbres... la nacelle se pose délicatement dans un champ et le ballon se couche tranquillement dans l'herbe. C'était une superbe incursion dans un autre monde à 360° !


Bravo à Nantes Montgolfières pour le vol et merci pour l'accueil super sympathique.

T6885
T6888
T6302
T6906
T6912
T6315
T6963
T6321
T6969
T6989
T7004
T7007
T6336
T6340

Plus de photos dans l'album
T6336

Voir les commentaires

SN1D, de la neige sur la tôle rivetée

22 Juillet 2013, 21:50pm

Publié par Pascal Collin

Dimanche 30 juin 2013

Descente sur SN1D, épave de cargo posée retournée sur le beau sable blanc (ensablée, même !) et affichant une profondeur d'à peine 40 mètres. Si au premier coup d'œil, les restes du cargo inconnu semblent monotones, ils offrent pourtant de quoi fouiner et se régaler la rétine bien au delà de la réserve d'air, même sous une précipitation de neige sous-marine et dans une eau d'un beau vert comme ce fut le cas ce dernier jour de juin 2013.

La proue légèrement inclinée et détachée du reste de l'épave semble posée là juste pour les photographes en mal de cliché de lame d'étrave. Une fois traversé le no man's land, c'est le gros morceau de l'épave. Une chaudière émerge du sable. Plus loin, le fond de cale ouvert laisse le passage aux plongeurs (pas trop gros) et à l'intérieur c'est le domaine des congres. Le lieu est passablement sombre et il faut y évoluer calmement afin de ne pas soulever les particules et ne pas taper la robinetterie sur la tôle.

Après quelques mètres de traversée, les pants de tôle renversés modèlent un chemin sous-marin où les lieus jaunes servent de guides. Là encore les cales sont éventrées mais il n'y a pas la place pour s'y glisser. Un coup de lampe et il y a de grandes chances qu'une paire de pinces ou d'antennes rouges apparaissent. Si ce n'est pas le cas, c'est un long corps bleu qui passera près de vous.

Lorsque la ligne d'arbre est visible c'est que le parcours touche à sa fin. Au bout de l'étambot, une très belle hélice (meurtrie) et sa cage dépassent du sable. Lorsque vous serrez arrivés là, éloignez-vous de quelques mètres de la poupe et admirez donc cette superbe quadripale. Au terme d'une (sûrement) belle plongée, avant de remonter, songez à tous les trésors qui se cachent là, sous la tôle dans leur sarcophage de sable blanc !

SN1D T6007

SN1D T6012

SN1D T6018

SN1D T6028

SN1D T6032

SN1D T6036

SN1D T6040

SN1D T6049

SN1D T6052

Plus de photos dans l'album
SN1D_T2405

Voir les commentaires

Caradoc, belle ambiance pour vieux steamer

17 Juillet 2013, 21:40pm

Publié par Pascal Collin

Lundi 20 mai 2013

Le 30 septembre 1870, le SS Caradoc croise au large de la pointe du Finistère lorsqu'un épais brouillard surprend son équipage. Malheureusement les rochers d'Ouessant ont ce soir là une fois de plus envie de jouer les aimants à tôle rivetée. Le petit cargo à vapeur talonne la roche non loin de la naufrageuse Pointe de Pern.

Alors que son navire donne déjà de la bande, le Capitaine Nicoll décide de le jeter plus à la côte dans l'espoir de le sauver. Mais en cet endroit la roche découpée et dressée au dessus de la mer n'offre pas le salut escompté. Le Caradoc sombre emportant sa cargaison de minerai de fer vers le fond entre 35 et 50 mètres sous la surface.

Depuis plus de 140 ans, le Caradoc gît là, posé sur une pente plus douce que ses voisins, le Teucer et le Vesper. Ses formes navales très dégradées font bien corps avec le paysage sous-marin. Sa coque retournée affiche une quille indiquant bien que l'épave qui repose ici est bel et bien celle d'un navire d'un autre siècle.

Ancre à Jas, squelette de navire, pièces mécaniques, hélice esthétiquement ensablée... Le vieux steamer possède les ingrédients nécessaires à une belle plongée épave. Entouré ce jour là d'une ambiance claire et bleutée comme les eaux d'Ouessant savent en offrir régulièrement, le SS Caradoc clotura une excellent week-end de plongée au bout du monde !

Caradoc T5914
Caradoc T5917
Caradoc T5920
Caradoc T5926
Caradoc T5934
Caradoc T5938
Caradoc T5953
Caradoc T5961
Caradoc T5964
Caradoc T5969
Caradoc T5974
Caradoc T5976
Caradoc T5989
Caradoc T5999

Plus de photos dans l'album
Caradoc T5934

Voir les commentaires

1 2 > >>
me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');