Regarde la mer . com

Regarde la mer . com

Des photos de plongées, de navires, de ports, de la faune salée... le tout au gré du temps et des saisons.


U 171

Publié par Pascal Collin sur 17 Septembre 2009, 19:55pm

Catégories : #Epaves

vendredi 9 octobre 1942

De retour de sa première mission, le U 171 arrive près de Lorient où l'escorte prévue n'est pas au rendez-vous. Le commandant décide alors de faire route sans attendre le speerbrecher qui doit lui dégager la voie. Mal lui en prend car vers 13h,
à l'ouest de l'île de Groix, son bâtiment croise la route d'une mine magnétique anglaise.

Le loup gris s'enfonce rapidement par l'avant tandis que 15 marins arrivent à s'en extirper. Les autres membres de l'équipage sont malheureusement prisonniers de la coque de métal. Les 18 hommes bloqués dans la salle des machines meurent noyés tandis que 16 autres, réfugiés dans la salle des torpilles avant arrivent à en fermer les portes étanches. Le sous-marin posé à près de 40 mètres de fond, ces 16 hommes,
munis d'appareils respiratoires autonomes, arriveront à s'en extirper par un tube lance torpille. 15 gagneront la surface vivants et seront récupérés par les secours.


dimanche 13 septembre 2009

C'est de bonne heure et sous un soleil radieux que nous embarquons au port de Larmor Plage. De là, j'aperçois la base sous-marine que le U 171 n'a jamais atteint. Nous allons retrouver ce dernier à 2,5 milles au large de la pointe ouest de l'île de Groix où il repose par 38 mètres de fond. Moins d'1/2 heure de bateau et nous y sommes. Il y a déjà du monde sur place et un autre bateau n'est pas loin derrière nous. L'été ce doit être infernal. Pour ce coup là les commandants de bord s'arrangent et nous irons chacun notre tour.

Le briefing de bonne facture terminé, nous nous équipons et j'attends l'ordre de la mise à l'eau pour effectuer la bascule arrière. C'est bon, j'y vais ! Je retrouve mes collègues de palanquée à la bouée. Nous sommes 4. Alain prend la tête, je le suis, derrière moi, le deuxième Alain puis Xavier. Nous descendons en direction du fameux U-boot.

Si le début de la descente se fait dans le bleu, la visi fond rapidement au fur et à mesure de la descente et s'établit au fond à 3 mètres à peine. Faudra faire avec. Nous nous regroupons au pied du kiosque et Alain fait signe de bien rester groupés. Nous rasons l'épave en direction de l'arrière où on distingue encore bien, entre autre, deux tubes lance torpille et une hélice. Près de là, je croise une grosse étoile de mer à 7 branches. je n'en avais jamais vu, je suis impressionné par sa taille. Nous longeons la coque en direction de l'avant. Alain nous emmène vers des débris. Ce sont ceux de la proue qui a été minée par la Marine Nationale. Un obus puis le canon avant méritent le coup d'oeil. Il y a aussi une ancre ainsi qu'une autre belle étoile de mer "géante". Demi tour et nous arrivons à l'ouverture de la proue, béante. Interdiction d'y pénétrer, l'espace est réservé aux âmes des 19 marins allemands qui ont péris le 9 octobre 1942. J'y braque néanmoins ma lampe mais la visi limite la perspective.

Nous terminons l'exploration en remontant le long du kiosque ou le bleu prend un peu le pas sur le noir / marron. Je prends quelques secondes pour examiner la faune fixée. Corynactis et marguerites ont colonisé les lieux. Au sommet trônent les périscopes dont un a encore sa lentille. Un corail "dent de chien" s'est planté en bordure de celle-ci. Je porte le regard vers le fond mais non, impossible de voir l'épave dans son ensemble.

Nous retrouvons la gueuse et remontons le long du bout jusque 4 / 5 mètres pour une pause de 8 minutes à faire sortir un peu d'azote de notre corps et nous faisons surface. Il fait toujours aussi beau.
Sur le chemin du retour vers Larmor Plage, Alain nous raconte ses premières plongées sur le U 171 alors que l'épave contenait encore de la vaisselle, des manomètres, des volants et tout plein de choses... amovibles...

Pour ma part, je serai déjà comblé d'y revenir si possible un jour où la visibilité sera bonne voire excellente. Mais on ne choisit pas !





Une grosse étoile de mer à 7 branches




Le kiosque

Un obus près du canon avant



Un troque jujube (oui c'est son nom !)



La lentille de l'un des périscopes




Commenter cet article