Regarde la mer . com

Regarde la mer . com

Des photos de plongées, de navires, de ports, de la faune salée... le tout au gré du temps et des saisons.


Driskos, évadé du ressac et de la particule

Publié par Pascal Collin sur 13 Juillet 2010, 18:48pm

Catégories : #Driskos

Dimanche 11 juillet 2010

Huit jours plus tôt, en compagnie de Didier, DP en chef du CSCJ, je m'étais heurté à la particule. Celle-ci, particulièrement dense, nous avait caché le chemin de l'épave du Driskos, nous en dévoilant seulement un morceau d'une cinquantaine de centimètres de long sur cinq de large. Un ressac bien marqué même à 28 mètres avait aussi été de la partie.

Ce dimanche, au départ de l'Herbaudière, c'est avec la troupe d'ami Plongépavienne, et plus largement de L'ASEB, ainsi que d'Alain Foulonneau, écrivain à ses heures, que j'embarque sur un semi-rigide. Nous allons à l'Ouest, au large de Noirmoutier. Le Driskos, cargo grec coulé au canon par l'UC-61 le 29 juin 1917, nous attend à 25 / 30 mètres de profondeur.

Bascule arrière, suivi d'André, je plonge vers le Driskos. Deuxième tentative ! Je sais mon ami de palanquée véloce à la descente, je ne me prive donc pas de donner de grands coups de palmes pour aller rejoindre la ferraille. La visi est plus que correcte, en une semaine le vieux vapeur grec s'est évadé du ressac et de la particule... ou l'inverse ! Vision presque incroyable, juste en dessous ne notre mouillage, je reconnais LE morceau de ferraille, croisé la semaine dernière, toujours posé près d'une petite cuvette dans la roche. Je le saisis et le montre à André qui comprend de quoi il s'agit.

Nous parcourons 5 ou 6 mètres et le morceau suivant est nettement plus conséquent. Encore quelques coups de palmes et nous distinguons une chaudière, bingo ! De belles ouvertures nous laissent voir les tubes à fumée. De longues queues bleues serpentent entre eux. La deuxième chaudière est posée bien droite elle aussi.  A leurs pieds, des pièces en bronze reflètent les faisceaux des lampes. Leurs foyers sont eux aussi habités par des congres. La machine, de belle taille, gît couchée près des 2 chaudières.

Nous continuons à progresser, la ligne d'arbre nous invite à la suivre. En partie recouverte de son tunnel, je sais où elle va nous conduire et justement, nous y arrivons : L'imposante hélice encore enfermée dans sa cage. Le gouvernail, lui a disparu. Nous y croisons la palanquée de Ben, Manu et Alain. Le secteur est jonché de gros débris. Je déniche un beau homard. Celui-ci, curieux s'avance vers moi. Un peu plus loin, c'est une grosse ancre à jas qui attire notre regard.

Nous rebroussons chemin et passons au-dessous de l'arbre où un ban de tacauds à élu domicile. L'hélice de secours, un gros treuil, puis nous nous allongeons sous un bout de bordé où une galathée et un dormeur nous dévisagent. Petite concertation d'ordinateurs et de manos... je mets les bras en croix, André les pouces en l'air puis il sort son parachute... C'était une des plus belles de cette première moitié de saison !

01510158Inspection de chaudière !
01750178018001880191019402000198André, plongeur heureux0201021402180224023102370244Plus de photos dans l'album
4712C
Driskos

Commenter cet article

Jim 21/07/2010 18:39


Je ne fais plus partie du club, on se croisera peut etre un jour sur un site de plongée.
@+


Jimmy 18/07/2010 11:19


Y a pas à tortiller, toujours aussi belles tes photos, chapeau l'artiste !!!
@+


Pascal 21/07/2010 17:55



Salut Jimmy,


Et elles sont quand même un peu moins floues qu'il y a 1 an !


J'espère qu'on aura l'occas de se croiser sur le Bulle de Jade 2 cette saison.



François 14/07/2010 14:19


C'est une épave d'épave, là... dans quelques années le Saint-Lucien sera peut-être bien comme ça aussi ! Tant qu'il y a des congres, des homards et des galathées, et une hélice, le plaisir reste
intact. ;-)


Pascal 14/07/2010 14:57



Salut François,


Le Driskos, comme la plupart des épaves du secteur, a été ferraillé. C'est ce qui explique en grande partie son état. Si la Saint-Lucien avait été livré aux ferrailleurs de tout poil,
effectivement il ne serait pas loin du même délabrement.