Regarde la mer

Hoheweg, beau plan B sur câblier

1 Août 2011, 20:00pm

Publié par Pascal Collin

Samedi 5 août 1944,
 
C’est la tombée du jour, une flottille de 7 navires allemands quitte furtivement le port de Saint-Nazaire. Elle est composée de navires aussi divers que sont un escorteur (le SG3, seul véritable navire de guerre du convoi), deux chasseurs de mines, des chalutiers ou caboteurs « armés » et un câblier/baliseur. Long d'environ 50m, ce dernier se nomme Hoheweg. Comme tant d'autres navires civils il s'est fait rattraper par la guerre et réquisitionner pour y participer. La flotte a pris la mer volontairement tardivement afin de naviguer de nuit et tous feux éteints. Le commandant de l'escorteur SG3 espère ainsi passer inaperçu et éviter tout affrontement. Il y a en effet déjà longtemps que la Kriegsmarine n'est plus que l'ombre d'elle même et que ses navires n'ont plus la moindre chance face à la force de frappe des marines alliées. Naviguer de nuit permet aussi et surtout d'éviter les attaques venues du ciel appartenant maintenant, lui aussi, à l'autre camp. Quitter sa base, même de nuit, est extrêmement risqué, surtout pour une flotte hétéroclite comme celle qui prend la mer ce soir du 5 août 1944.

La mission de tous ces navires de faible valeur militaire et de rallier La Rochelle sains et saufs. Outre leurs équipages respectifs, ont pris place à leur bord des soldats, du personnel logistique ainsi que du personnel féminin. Les marins allemands et leurs passagers le savent, de redoutables bâtiments de guerre rôdent dans les parages à la recherche de proies battant pavillon du IIIème Reich. Et leurs inquiétudes sont fondées. A quelques Milles de là, la Force 26 chargée de cadenasser le Golfe de Gascogne a pris le convoi en chasse et attend le moment propice pour déclencher les hostilités. Sous ce nom de code, ce sont 5 croiseurs et destroyers anglais et canadiens puissamment armés. Ils participent à l'opération Kinetic qui a pour but de nettoyer la mer de toute présence allemande afin de sécuriser les traversées de transports alliés. Le sort de la flottille allemande est déjà scellé.

A un peu plus de minuit, les navires alliés se glissent entre l'île d'Yeu et le convoi puis passent à l'attaque. Faisant parler leurs puissants canons, ils pilonnent sans relâche. C'est un déluge de feu meurtrier qui s'abat sur les bateaux allemands ainsi que sur les hommes et femmes qui sont à leur bord. La surprise est telle que le commandant du SG3 pense d'abord à une méprise de son propre camp, à un tir venant des batteries positionnées sur l'ile d'Yeu. Lorsqu'il devine finalement l'origine de l'attaque, il comprend qu'il n'a pas l'ombre d'une chance. Son navire est déjà sérieusement touché, on dénombre 4 tués dans son équipage et il est lui-même blessé. Il préfère prendre la fuite en direction du sud, abandonnant le convoi à son propre sort. Le SG3 sera coulé par l’aviation anglaise le jour même en baie des Sables d’Olonne.

A peine 15 minutes se sont écoulées depuis l’engagement du combat et le reste de la flottille, totalement incapable de riposter est décimée. Les navires en feu sont abandonnés par ceux qui le peuvent encore et sombrent les uns après les autres, chacun d’entre eux emportant sûrement avec lui des dizaines de vies humaines. Comme les autres, le Hoheweg n’a pas résisté à l’avalanche d’obus de gros calibre. Ses structures lacérées et ravagées par les flammes, embarquant rapidement de l’eau, il s’est incliné, a basculé sous la surface, puis est allé se poser sur le sable 55 mètres sous la fureur d’un combat auquel il n’avait aucune chance de réchapper.

Les canons se taisent. Craignant d’être pris pour cible par les batteries côtières, les bâtiments alliés s’éloignent. Quelques rescapés surnagent dans la nuit d’été. Ils sont loin des côtes où toutes les lumières sont éteintes et n'ont que très peu d'espoir de regagner la terre ferme. A ce stade de la guerre, l’Allemagne, mise à mal sur un sol de moins en moins occupé, n’a plus les moyens d’organiser des secours en mer. Les embarcations restantes sont en effet destinées à d’autres carnages anonymes tels que celui qui vient de se terminer.

Merci au GREM de partager l'historique du convoi. Je me suis inspiré de leurs données pour écrire ces lignes.


Samedi 23 juillet 2011

Positionnée loin des côtes et proche de quelques épaves fortement désirées (U976, M263), le Hoheweg, nettement moins connu, est sans doute peu plongé. D'ailleurs, c'est un point du M263 à l'écho non concluant qui nous a amené à décider d'un "plan B sur câblier". Palpable en surface, la déception sera totalement dissipée dès les premières secondes sur la tôle.

Atterrissage près de l'arrière où une petite mèche de safran est plantée bien droite au milieu des poissons. Si le Hoheweg a terminé sa carrière maritime de la plus triste des manières, devenu épave il a su attirer la vie à lui. Et quelle vie ! Ici, ce n'est pas un nuage de tacauds qui vous accueille mais un superbe banc de lieus, tous de belle taille. Les congres vous passent sous le nez pour aller rejoindre leurs potes homards à peine cachés au milieu d'autres queues bleues. Ici, les gardiens sont nombreux et n'ont pas peur de sortir de leur maison tapissée de corynactis pour venir vous saluer !

Durant à peine 20min, nous tenterons de faire le tour de l'épave, survolant les apparaux bien particuliers d'un tel navire de servitude, nous attardant sur les restes nombreux et plus ou moins explicite de son passé de câblier et de baliseur. Touret, treuils, roues, mâts, pièces aux formes inconnues, il y aurait de quoi fouiner des heures. Malheureusement nous n'avons que des minutes et elles sont comptées.

Nous progressons vers l'avant. La proue, dont il reste un local entier invite à la visite d'intérieur… mais non, à 53 mètres de profondeur et alors que la palanquée avance il faut être raisonnable. A l'extrême avant, en prenant un peu de recul, la vue d'ensemble est lumineuse et superbe. L'étrave, bien conservée, est posée légèrement inclinée, ses deux ancres encore à poste. Quelques ouvertures dans la tôle laissent apparaitre les écubiers. Un coup de lampe et ce sont de magnifiques œillets qui étincellent sur fond de tôle profonde et colorée. Superbe !

Quelques instants à fureter sur la zone avant puis il faut prendre un peu de hauteur pour aller regagner le mouillage. Au dessus de ce qui devait être la machine, je crois discerner un gros moteur diesel. Impossible de redescendre le voir de plus près. Le dicton relatif à la frustration est de mise une fois de plus tout comme la conclusion : il faudra revenir !

Une grosse séance de palier. Au-dessus, la houle s'est franchement levée et une partie de l'équipage donne sérieusement à manger aux poissons. Participer au cycle de la vie foisonnante qui évolue 53 mètres plus bas est une bonne façon de remercier les Dieux de la plongée. Pas de doute, ce samedi, c'était amplement justifié !

Hoheweg
T2826
Hoheweg_T2829
T2814
T2838
T2851
T2854
T2873
T2876
Hoheweg_T2879
T2880
T2892
T2939

D'autres photos dans l'album
Hoheweg_T2879 Hoheweg

Commenter cet article

siratus 06/08/2011 01:17


Merci, Pascal, pour cet épisode historique sur l'épave que vous avez explorée. Tes photos sont superbes, impressionnantes même. J'apprécie aussi vivement ta manière de plonger responsable.
Bonnes bulles


.....peter 05/08/2011 16:17


Boonjour Pascal
Je suis seulement en mesure de prendre des photos sur la surface de leau ....vous avez telles grandes sous l'océan qui sont aussi clairs....Anitiés....peter/pierre:)


tede 05/08/2011 11:27


Une série d'images vraiment splendide et l'histoire de ces bateaux fait froid dans le dos. Très instructif et passionnant ton blog. Pour en revenir à la limace (mes plongées sont moins dangereuses
:)) le trou lui sert à respirer!!! Bonne journée, amicalement.


Nokomis 05/08/2011 08:56


Bon Jour Pascal,
Encore de magnifiques photos sous-marine dont je ne me lasse pas. Un régal...
Bonne journée


Véronique 04/08/2011 20:30


on rêve devant tes photos !
pour mes images de paysages, je les fais en hiver surtout pour la lumière et les brumes, mais j'en ai plus sur le blog ... dernièrement j'ai fait de l'urbain, j'en posterai ...


me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');