Regarde la mer

Pennou Pell, plan B givré.

10 Mars 2010, 17:34pm

Publié par Pascal Collin

Dimanche 7 mars 2010

La température annoncée à l'ombre et à l'abri du vent est aux environs de 0°C. A 9h00, quai de la douane, à l'ombre, pour sûr nous y sommes, mais pas à l'abri du vent. Du coup, la sensation de froid est du genre sibérienne ! Les bateaux de pêche amarrés en face ont eux la chance d'être sous le soleil. Courage, il faut se changer. Heureusement la bonne humeur est de la partie. La journée épaves de la Cote des Légendes ayant été annulée pour cause de coup de vent de Nord-Est, Ben et Alex nous ont organisé un plan B en rade de Brest.

Ben nous explique que L'épave sur laquelle nous plongerons s'appelle "Le Provençal" car située à l'endroit où celui-ci, un remorqueur, a coulé le 18 juin 1940. Il paraîtrait néanmoins que les dimensions de l'épave contredisent son nom. Au moment d'embarquer nous profitons à notre tour des rayons du soleil. Une sensation de chaleur presque estivale... balayée dès les premiers mouvements du zod' et totalement oubliée une fois sortis du port. Là, le premier paquet de mer à 8 ou 9°C nous rappelle que l'été est encore bien loin.

Quelques minutes plus tard, Alex, gants de ski aux mains nous indique que nous sommes sur le point. 3 ou 4 cercles pour distinguer une forme au sonar et nous jetons l'ancre qui s'en va rejoindre le fond. Yannick et Manu, 2 Angevins venus exprès jusqu'ici pour chopper un rhume basculent en premier. Ils ont pour mission d'aller vérifier que nous sommes bien sur de la tôle.  5 minutes s'écoulent, ils ne remontent pas c'est que c'est bon, Ben, Patricia et moi allons les rejoindre.

30 mètres plus bas, l'épave est bien là, posée à l'envers. Tout près d'elle un reste de vaisselle regarde passer les ophiures présentes en très grand nombre. Par endroits le fond en est tapissé. La forme de la coque se distingue nettement au fur et à mesure que nous progressons. L'avant est encore parcouru par sa lisse. De grandes ouvertures laissent percevoir un ban de tacauds, habitants des lieux. L'épave abrite une faune plus que digne d'intérêt. Gorgones, oursins, éponges, corail dent de chien, corynactis, spirographes... j'ai même droit à un alcyon en fleur. Sur l'arrière, la forme de la quille est nettement visible, accompagnée, semble-t-il d'un morceau de gouvernail.

Le DP avait annoncé "Une plongée sans palier" et nous arrivons au bout de la courbe de sécurité il faut donc regagner la surface balayée pas les vents... retour au port  pour laisser la place aux courageux de la deuxième fournée, un plat chaud bien mérité et il est déjà temps de prendre la route sous le soleil d'hiver.
Même s'il était givré, voilà un plan B qui valait bien un plan A.

Post plongée : Ai-je raté un morceau du briefing ? Mes oreilles étaient-elles gelées ? Ou alors le DP avait gardé volontairement le mystère ? En tout cas, le nom de l'épave est finalement "La barge de Pennou Pell", même si elle est effectivement située sur le lieu du naufrage du Provençal qui lui a été féraillé et dont il ne doit plus rester grand chose.
Plus d'infos sur la fameuse barge avec en prime les impressions de Manu descendu en 1 :
La barge de Pennou Pell par Plongépave

5207526652185219523852445252525552595260

Commenter cet article

brigitte 11/03/2010 09:34


Tu ramènes de très belles images de tes folies hivernales ...Es-tu équipé d'une combinaison sèche ? Dans notre club de vieux, on va encore attendre un peu pour y aller !


Pascal 11/03/2010 17:22


Dans votre club de JEUNES, dont je fais partie, vous avez nagé en piscine tout l'hiver... un courage que je n'ai point eu !


Francois 11/03/2010 08:36


Les aventures sous-marines semblent bien reparties !
La température de l'eau ne peut que remonter maintenant ;-)


Pascal 11/03/2010 18:14


Elle peut bien rester à 8 / 9°C, il y aura moins de monde dans l'eau et je suis maintenant équipé !


me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');