Regarde la mer

Marne N°1, sa tôle, ses couleurs et son gardien

29 Juin 2011, 19:09pm

Publié par Pascal Collin

Dimanche 26 juin 2011

Soleil de plomb et mer calme pour ce rendez-vous avec la tôle de fond. Une nouvelle fois, dans une eau plus claire que la moyenne, 29 mètres sous la coque du Bulle de Jade 2, une trace de la folie des hommes nous attend.
 
Le soir du 28 juin 1917, le Marne N°1, beau cargo français flambant neuf navigue en tête d'un convoi de 7 navires descendant vers Bordeaux et sous escorte de 2 patrouilleurs. Malheureusement ce soir là l'UC-61 est en embuscade du côté de Noirmoutier et la belle proie que fait le Marne n'échappe pas à la vigie du sous-marin. Une torpille du bâtiment de la Kriegsmarine touche le cargo sur tribord au niveau de la chaufferie et l'eau s'engouffre immédiatement. Les membres d'équipage tentent de sauver leur vie dans les chaloupes mais dans une mer agitée et en pleine nuit, l'évacuation tourne au drame. Le vapeur français s'enfonce à 6 miles au large de Noirmoutier emportant avec lui 10 marins sur les 38 que comptait son équipage.
 
Bascule arrière 94 ans après le naufrage et descente le long du bout. Le grappin posé près de la mèche de gouvernail nous indique le début de la visite. Cette année, les congres ont envahi l'épave. L'un d'eux n'appréciant pas que je lui chatouille le dos, fait marche arrière, sort la tête et me montre les dents. OK, je te laisse tranquille ! De la poupe vers la proue, à l'axe navire, nous remontons l'épave du Marne au milieu de ses habitants. Un homard à la pince tranchante fraîchement repoussée est logé sur les hauteurs d'un pan de tôle. Me regardant depuis sa fenêtre, il semble être le gardien de la place. Les 3 chaudières, la machine triple expansion qui développait 2000 chevaux et qui laisse apparaître son énorme piston basse pression... la partie centrale du vieux vapeur a de quoi occuper à elle seule plusieurs minutes de plongée. Une coquette mâle nous exhibe ses couleurs et retient l'attention de Seb et moi. Lydie, elle, préfère s'ébahir de quelques crevettes sous la protection d'un congre.

Mais il faut avancer vers l'avant, avec Seb on est là pour voir du piston et du canon ! Un congre, se promène en pleine eau entre les treuils qui sont posés au milieu des débris. A quelques mètres, le canon avant de 90mm couché est toujours accroché à son affût en crinoline. Un peu plus sur l'avant, le tas de chaînes puis les deux ancres croisées indiquent que nous sommes arrivés à l'extrême avant, toujours à l'axe navire. La demi-heure au fond est largement dépassée, il n'en fallait pas moins pour parcourir les restes du Marne qui mesurait tout de même 114m de long. Bras en croix, pouces vers le haut... fin de plongée on remonte  !

Marne
T6252

T6271

T6293

Commenter cet article

Laurette 08/07/2011 13:54


A wonderful presentation Pascal of very beautiful underwater photography. Must be another world to see and so many beautiful fish to photograph. Well done. Regards Laurette.


Frédérique 05/07/2011 13:07


Je sais maintenant comment Sébastien a attrapé ce coup de soleil d'enfer !


Pascal 05/07/2011 17:25



Oui, au palier je lui ai ouvert sa combinaison.



B.O. 01/07/2011 21:53


Vos photos me donnent envie de me remettre à la plongée.
Bravo pour ces plongées accompagnéees de leurs photos.


Pascal 03/07/2011 16:05



Un coureur de fond qui a du souffle fait sûrement un bon plongeur



tede 01/07/2011 19:09


Tes photos sous-marines sont extraordinaires. Ce congre est splendide. Ton récit nous éclaire chaque fois sur tes plongées et c'est super. Bonne soirée.


PascalXLD 01/07/2011 07:46


Une très belle série

Bonne journée


me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');