Regarde la mer . com

Regarde la mer . com

Des photos de plongées, de navires, de ports, de la faune salée... le tout au gré du temps et des saisons.


Peter Sif, tombant d'acier

Publié par Pascal Collin sur 22 Juin 2011, 20:30pm

Catégories : #Peter Sif

Jeudi 15 novembre 1979

C'est l'hiver et la météo de cette mi-novembre ne contredit pas le calendrier. A la pointe de Bretagne, un vent de noroît souffle à force 7 et soulève des lames de 8 mètres chargées d'écume. C'est dans ces mauvaises conditions que le Peter Sif, porte-conteneurs danois d'à peine 100m de long descend le rail d'Ouessant. Dans ses conteneurs : des vêtements, des matériaux de construction, du matériel de travaux public et des palettes de bière d'une célèbre marque néerlandaise.

En début d'après-midi, un conteneur brise ses amarres et vient frapper violemment la coque du navire ouvrant une brèche qui invite aussitôt l'eau de mer à pénétrer. Sans tarder, le capitaine demande assistance aux navires croisant dans les parages. Le Jean Moulin, Aviso en surveillance sur le rail ce jour là, vient à la rencontre du navire danois blessé. Décision est prise de tenter de rallier Brest. Mais l'escorte du bâtiment de la Marine Nationale n'est malheureusement d'aucun secours face à la voie d'eau. Le Peter Siff commence à donner sérieusement de la bande sur bâbord et doit se réfugier en baie de Lampaul.

Arrivé également sur zone, l'Abeille Flandre tente une opération de remorquage. Alors que la nuit est déjà tombée, une remorque est passée entre les deux navires. Malheureusement, la salle des machines noyée, le porte-conteneurs accuse une gîte critique et son équipage préfère l'évacuer sans délai. Il est recueilli par le remorqueur de haute mer. Dans la soirée, le Peter Sif termine de s'incliner définitivement sur bâbord et s'en va se poser à plus de 50 mètres de profondeur et à quelques 300 mètres de la pointe de Pen Ar Viler.

La cargaison de vêtements et de matériaux du Peter Sif sera rejetée à la côte et donnera lieu, comme il est d'usage à Ouessant, à l'organisation de bourses d'échanges. Un Bobcat est toujours visible dans les cales. Quant aux palettes de bière, elles ne seront officiellement jamais retrouvées. Une disparition qui alimentera rumeurs et spéculations. Tout naufrage a son mystère...


Lundi 13 juin 2011

Bascule arrière sous la grisaille, Didier prend la tête et nous plombons vers... le sable 51m plus bas. Mais mon équiper est un détecteur de tôle et c'est avec une étrange facilité (et pour la deuxième fois du we) qu'il indique la direction de l'épave qui était pourtant hors de visibilité. Là, nous sommes posés sur le sable et le bordé de fond du Peter Sif nous fait face. A l'échelle d'un plongeur la masse de ferraille est impressionnante, surtout à cette profondeur. Nous montons le long du tombant d'acier. Les bouquets de clavelines brillent et les nombreux spirographes se ferment les uns après les autres à la lumière des phares.

16 mètres plus haut, le bordé tribord nous sert de piste de 100m et c'est à pleines palmes que nous allons rendre une visite de courte durée à l'ancre encore à poste. Demi-tour et, quelques mètres plus bas, nous prenons la direction de la poupe, louvoyant dans les portiques, au milieu des treuils, près des panneaux de cales et autour des crinolines des mâts et des bastingages. Le terrain de jeu est vaste, ludique et nous ne faisons que l'effleurer. Si le Peter Siff était de taille modeste pour un porte-conteneurs, il est devenu une très grosse épave !

Le château est en vue. Un coup d'œil à l'intérieur qui semble vide et nous le dépassons pour aller saluer le symbole du navire : le logo encore placardé sur la cheminée. Un "KIL" synonyme de fin d'exploration. L'hélice et l'appareil à gouverner seront pour une prochaine fois... tout comme le Bobcat et les détails de l'armement.

Dernière série de paliers du we et remontée précédée d'un lâcher d'air afin d'écarter une éventuelle nappe de fioul. En effet, le Peter Sif n'en a pas terminé avec ses réservoirs de propulsion. Une irisation est d'ailleurs nettement visible en surface. Une façon comme une autre de se rappeler au bon souvenir des hommes qui l'ont abandonné à son triste sort.


Peter Siff

T6206

T6241

Commenter cet article

El Guedini 25/06/2011 19:03


Encore une bien chouette série que tu nous proposes ici...


Marie LC 25/06/2011 10:06


Voilà, ma photo du jour t'est dédiée.


Cathy 25/06/2011 09:46


Bonjour, un beau voyage sous-marin qui s'offre à mes yeux pour mon retour sur les blogs...
A bientôt. Bises. Cathy


Gérard 25/06/2011 00:35


Quelle est belle celle ci ...comme les autres d'ailleurs


Olivier 24/06/2011 21:34


Fait nous révez...nous pauvres terriens...

Je pars quelques jours vers un autre littoral..à bientôt.