Regarde la mer

Pietro Orseolo, Speerbrecher aux allures de Cathédrale

27 Octobre 2010, 16:34pm

Publié par Pascal Collin

Mardi 19 octobre 2010

Deuxième plongée de la journée aux Glénan sur la plus grande épave du coin, le Pietro Orseolo.

Le "Pietro", comme il est communément appelé en pays Bigouden, est un cargo italien de 143 mètres de long construit en 1939. La Kriegsmarine le réquisitionne en 1943 et le transforme en speerbrecher (forceur de blocus). Lourdement armé, sa mission devient donc de précéder les convois de l'occupant et de créer un passage sûr à travers les champs de mines et d'écarter les éventuelles attaques aériennes alliées. Le 18 décembre 1943 il ne résiste pas à un assaut de la R.A.F. Sérieusement touché, il coule à 1 mille au nord de l'île de Penfret alors que des remorqueurs allemands tentent d'aller l'échouer en lieu sûr.

Ferraillé par 2 fois, le Pietro Orseolo n'en est pas moins une épave impressionnante par sa taille. Dans une eau verte et une ambiance sombre, il m'est apparu telle une cathédrale à ciel ouvert que j'ai traversée guidé par Alex et Pierre. Curieusement, de nombreuses épontilles et membrures sont demeurées bien droites telles des colonnes. Des gros pans de coque semblant parfois être des restes de locaux entiers offrent l'aspect d'obscures salles interdites que le phare arrive à peine à éclairer. De gros lieus traversent les ruines de la machine et ses curieux éléments en forme de cierges et de coupelles géantes. Des chaînes, sûrement laissées là par les ferrailleurs donnent un air de pénitent à un morceau de bordé.

Comme à chaque fois, la plongée du matin tire sur les ordinateurs et nous regagnons le mouillage. La dernière minute pour apercevoir des vestiges nettement plus contemporains et beaucoup moins poêtiques que sont une boîte de pâté et une bouteille de bière... le coin est manifestement lui aussi apprécié des pêcheurs du dimanche. Une remontée dans le vert qui s'éclairci, au dessus les nuages font enfin un peu de place au soleil. Nous laissons, 30 mètres en dessous de nous, le Pietro Orseolo et son ambiance cathédrale.

 



Pietro Orseolo



Pietro NB



Pietro Cathedrales



Pietro Epontille


Commenter cet article

Frédérique 01/03/2011 21:35


Hénaff le paté, au moins ?
L'ambiance semblait bien particulière !


Pascal 01/03/2011 22:16



Oui, du bon paté Hénaff. Le Pietro est réputé pour être glauque. C'est particulier de passer entre les épontilles au milieu des tacauds et des gros lieus.



me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');