Regarde la mer . com

Regarde la mer . com

Des photos de plongées, de navires, de ports, de la faune salée... le tout au gré du temps et des saisons.


Ville de Rochefort, en plongée avec un écrivain

Publié par Pascal Collin sur 8 Juillet 2011, 17:00pm

Catégories : #Ville de Rochefort

Lundi 4 juillet 2011

Du courant, de la particule et 5 à 6m de visibilité à peine pour cette plongée sur le Ville de Rochefort. La particularité de cette immersion ne sera pas due aux conditions mais à mon équipier. Aujourd'hui je plonge avec un historien et écrivain maritime; Alain Foulonneau est mon binôme du jour ! Son ami André Meignen et lui, ont rendu leurs lettres de noblesses ainsi que leur histoire, voire leur glorieux passé à nombre de navires devenus épaves du secteur de l'estuaire de la Loire. Leur livre, "Naufrages dans l'Estuaire de la Loire", demeure une référence principale pour plonger dans l'histoire de la tôle de fond des environs.

Soleil de plomb, mer d'huile, nous basculons des boudins bleus du Bulle de Jade 2 pour aller explorer l'épave du vapeur qui commence juste à affronter à une marée montante de coefficient 90. Nous arrivons sur l'arrière, près de la ligne d'arbre où nous sommes accueillis par l'habituel banc de tacauds. La particule est bien présente et se voit déjà entraînée par le courant. Les "rayés" font face, tête baissée et ne changent de cap que pour nous éviter tandis que nous prenons le chemin de l'avant.

Alain est ici dans son jardin, il plonge sur l'épave depuis presque 20 ans. Il l'a vu vivre tout au long de ces années, perdre de ses formes navales hiver après hiver. La chaudière tribord en est un exemple frappant. Encore bien cylindrique il y a seulement deux ans, elle est maintenant presque totalement écroulée. Les gros morceaux, eux, résistent mieux. Ainsi, l'énorme machine renversée est elle toujours là et sans doute pour de nombreuses années encore. Avec la ligne d'arbre elle sera sûrement le dernier témoin du drame maritime qui se joua dans la nuit du 12 au 13 octobre 1910 et qui coûta la vie à 23 marins.

Plus de 100 ans après le naufrage, c'est en suivant maintenant le reste de bordé tribord que nous fouinons à la recherche des habitants qui se cachent dans la pénombre. Nos lampes les surprennent pour le plus grand plaisir de nos yeux. Congres en grand nombre, araignées, dormeurs, homards, tacauds, vieilles, crénilabres de toutes sortes... ils sont tous là. Quelques coups de palmes et nous arrivons à la proue qui est fort heureusement encore debout. Un jour, elle aussi s'écroulera sur elle-même et l'estuaire de la Loire perdra un de ses plus beaux trésors sous-marins. De nombreuses tôles manquent d'ailleurs déjà à l'appel et servent de portes de sortie aux poissons qui nous laissent la place. Même si l'accès est relativement large, pénétrer dans une épave est toujours un moment particulier dans une plongée. Mouvements lents et palmage doux sont fortement recommandés sous peine de se retrouver en un clin d'œil dans un nuage des plus denses !

Nous retrouvons les poissons à l'extérieur pour profiter d'un beau point de vue de l'étrave qui jadis fendait la houle. Près d'elle gît un capharnaüm d'ancres, de bossoirs et autres pièces d'armement. Nous mettons le cap à contre courant grandissant vers le bâbord arrière pour aller rejoindre le mouillage. En chemin nous croisons le mât de charge avant toujours intacte. Plus loin, les restes des cales en ruines sont autant de cachettes d'où les queues bleues dépassent, protégeant certainement des souvenirs inaccessibles de la dernière cargaison du navire. De temps en temps, un morceau de poterie ou de verre, plus que centenaire se laisse débusquer.

Un léger détour sur le sable pour voir quelques morceaux éloignés puis nous arrivons là où notre visite avait débutée, au milieu de la ligne d'arbre. Le courant de plus en plus fort emporte maintenant une belle neige sous-marine et demande un palmage appuyé. Nous prenons donc le chemin de la surface laissant le Ville de Rochefort dans son écrin de sable et de roche, un monde sous-marin auquel il appartient depuis plus d'un siècle. Si l'histoire du navire est désormais écrite, celle de son épave est loin d'être terminée.

Le récit du naufrage du Ville de Rochefort --> Centenaire d'un naufrage

La fiche sur Plongepave --> Ville de Rochefort

VilleDeRochefort
T2034

T2036

T2050

T2075

T2098

T2110

T2134

Commenter cet article

sofie 19/07/2011 21:17


Coucou,
moi j'adore la plongée à travers tes photos!! presque je m'y croirais...
bonne soirée


Nokomis 18/07/2011 21:26


Bon Soir,
Je suis admirative devant toutes ces photos de plongée, moi qui ai la phobie des requins...
Je poursuis mon petit chemin par ici


Pascal 18/07/2011 22:13



Merci "Nokomis" pour tous ces commentaires. Là où je plonge (sur la facade ouest), il n'y a pas de requin. Une petite roussette (totalement inoffensive) de temps en temps



Marie LC 12/07/2011 12:24


Tu nous fais partager ta passion avec brio et c'est chaque fois un plaisir de te lire et de voir les images qui viennent étayer ton commentaire.


PascalXLD 11/07/2011 21:33


Une superbe série Bravo

Bonne soirée

PS : mon blog est de nouveau actif après quelques problèmes avec mon hébergeur


esku 11/07/2011 20:53


belle série,les fonds marin sont magiques
bonne soirée