Regarde la mer

Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium

8 Octobre 2015, 21:59pm

Publié par Pascal

18 juin 1940

En cette date qui deviendra célèbre, les ports français ne sont pas à la fête. Celui de Lorient ne fait pas exception. Sous les attaques de plus en plus répétées de l’aviation allemande, les navires en état de naviguer en haute mer sont pris d’assaut dans le but d'évacuer ce qu'il reste des forces alliées. Le matériel ne doit pas tomber aux mains de l’envahisseur, surtout les navires de guerre qui seraient aussitôt réquisitionnés par la Kriegsmarine. Pour ceux qui comme le Chasseur 16, ne peuvent malheureusement pas prendre la mer, c’est un sort funeste qui les attend, celui de l’immersion volontaire. Arrivé à Lorient 2 jours plus tôt pour y être terminé, le petit chasseur de sous-marins de 37 mètres de long n’est pas encore navigable. Il ne sera donc pas du voyage vers l’Angleterre.

En fin d’après-midi, alors que des navires surchargés prennent la mer vers des cieux momentanément plus cléments, le petit chasseur de sous-marin est remorqué face à la pointe de Pen Men au nord de l’ile de Groix. Arrivé sur zone il est sabordé. S’enfonçant sous les flots, le Chasseur 16 sombre sans gloire ni honneurs… si ce n’est celui de ne pas servir les noirs desseins de l’Allemagne Nazie qui prendra bientôt possession des bâtiments de guerres des pays conquis.

 

17 août 2015

Le chasseur 16 est aujourd'hui une petite épave posée à un peu plus de 25 mètres de profondeur sur un fond de maërl. Peu connue, sans doute peu plongée, à part par les plongeurs des clubs locaux, la petite épave est injustement snobée. Avant de monter sur le beau bateau de mon ami Jean-Phi', je n'avais même jamais entendu parler de ce Chasseur 16 ! Me mettant à l'eau en cette belle journée d'été, je ne m'attendais pas à visiter un aquarium.

Certes, les restes du petit chasseur ne sont pas des plus imposants. Mais l'acier naufragé à un atout : il est posé sur un fond blanc et, surtout, près d'un tombant. La vie de celui-ci est venue coloniser l'épave. Moteur, diésel-alternateurs, treuils, tuyaux, appareil à gouverner... les quelques restes du Chasseur 16 ressortent joliment du fond de Maërl et servent de décor à un aquarium de tacauds. Mon coup de coeur de la saison !

La page détaillée du Chasseur 16 ainsi que d'autres photos sur le site des ANGES

Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium
Chasseur 16, coup de coeur pour l'aquarium

Voir les commentaires

Tasso, comme un air de ferroviaire

11 Septembre 2015, 22:06pm

Publié par Pascal Collin

17 mars 1917.

Ayant quitté le port de Manchester, le Tasso, un cargo à vapeur de 82m de long, navigue en convoi de 13 navires, sous la protection de 2 escorteurs. Dans ses cales s’entasse du matériel destiné à l’effort de guerre dont des barres d’acier ainsi que des bogies de trains. Dans la nuit, le convoi passe près de l’ile de Groix. Les marins ne se doutent pas qu’à quelques encablures, l’UC-70 est en chasse et qu’il a repéré sa proie, c’est le Tasso !

Une torpille est lancée et vient exploser contre la coque du cargo britannique. Le vapeur s’enfonce rapidement par l’avant et sombre en quelques minutes. Seuls 6 marins arrivent à sauver leur vie. Les 18 autres, dont le commandant, accompagnent le navire vers sa dernière demeure. Comme dans pareils cas en cette année 1917, l’attaque aura été brève et le sous-marin insaisissable.

Depuis cette nuit tragique pour le Tasso et son équipage, bien des tempêtes on laminé la carcasse du vieux vapeur posée à 25 mètres sur un fond de sable et de roche dans le nord ouest de l'ile de Groix. Si les structures du navire ont quasiment disparues, l'épave possède une particularité peu commune : ses restes de bogies de train ! Sûrement fabriqués dans de l'acier de qualité, ceux-ci reposent au fond des eaux morbihannaise depuis presque un siècle. Ils assurent l'originalité de la plongée sur le Tasso, une plongée ayant comme un air de Ferroviaire !

La page détaillée du Tasso ainsi que d'autres photos sur le site des ANGES

Voir les commentaires

U-171, célèbre loup gris

24 Août 2015, 14:27pm

Publié par Pascal Collin

9 octobre 1942

De retour de sa première mission au large des USA ou il a coulé 3 navires, le U-171 arrive près de Lorient avec 3 heures d'avance. Le commandant décide alors de faire route sans attendre le speerbrecher qui doit lui dégager la voie. Mal lui en prend car vers 13h, à l'ouest de l'île de Groix, son bâtiment croise la route d'une mine magnétique anglaise.

L'explosion lui ouvre une large brèche sur l'arrière et le loup gris s'enfonce rapidement, allant se poser sur 40m de fond. 15 marins arrivent à s'en échapper de justesse, les autres membres de l'équipage sont malheureusement prisonniers de la coque de métal. 17 marins réfugiés dans la salle des torpilles avant arrivent à en fermer les portes étanches. Munis d'appareils respiratoires autonomes, ils arriveront à s'en extirper par un tube lance torpille. 15 gagneront la surface vivants et seront récupérés par les secours.

La page détaillée du U-171 ainsi que d'autres photos sur le site des ANGES

Samedi 8 août 2015

C’est au départ de Lorient par une belle journée d’été qu’avec Jean-Philippe nous nous rendons sur la célèbre épave du U171. Stéphane assurera notre sécu surface sous un très beau soleil et avec vue sur l’Ile de Groix. Nous basculons dans une eau bleue et limpide mais qui se charge brusquement à -25m. De la neige sous-marine tombe sur le loup gris et limite la visibilité à 6 mètres environ. Elle laisse tout de même bien passer les rayons du soleil. Si Jean-Phi’ a maintes fois plongé le sous-marin, pour ma part c’est la deuxième visite, la première datant de 2009… quand j’étais Niveau 2 (voir le chapitre au-dessus !). Je lui emboite donc le palmage.

De prime abord l’épave est relativement pauvre en faune. Un petit banc de tacauds se promène à l’ombre du kiosque, quelques crabes, un homard mais pas de lieu à l’horizon, la lumière des lampes ne révèle pas non plus mille couleurs au contraire d’autres épaves du secteur. Nous explorons la « ferraille » quand rapidement une petite paire d’antennes attire notre attention. Une langouste ! Puis quelques mètres plus loin, une autre, puis encore une autre ! Certes petites mais bien présentes, elles jalonneront notre exploration pour 2 tours d’épave. Le sympathique crustacé fait effectivement son retour dans les eaux bretonnes. Une bonne série de paliers dans le bleu et retour à la surface toujours baignée par un beau soleil Breton.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>
me(__FILE__) . '/'); /** Réglage des variables de WordPress et de ses fichiers inclus. */ require_once(ABSPATH . 'wp-settings.php');